Comment bien relire son manuscrit pour l’autoédition ?

Relire son manuscrit quand on choisit de passer par l’autoédition est une étape indispensable. Elle vous permet, en tant qu’auteur, de faire le point sur la cohésion du récit, ses incohérences ou les éventuels points à peaufiner avant d’envisager une publication. Aucun éditeur ne le fera pour vous : tout repose sur vos épaules !

Pour vous aider dans ce travail de longue haleine, je vous propose quelques conseils pour effectuer une relecture de manuscrit dans les règles de l’art. Tenez bon : votre rêve est sur le point de se réaliser !

Accepter la relecture

Cela semble tomber sous le sens… Et pourtant ! Nombreux sont les écrivains à bâcler la phase de relecture parce qu’ils n’embrassent pas l’état d’esprit adéquat. Relire votre manuscrit implique de prendre du recul par rapport à votre production et d’adopter un œil critique. Il ne s’agit en aucun cas de sabrer votre écrit, mais de chercher à l’améliorer.

Acceptez les imperfections de votre livre sans remettre en cause votre talent d’écrivain : il y en aura toujours, et vous ne pourrez jamais plaire à tout le monde… L’essentiel est de repérer les soucis susceptibles de faire obstacle à la qualité du message que vous souhaitez délivrer.

Prendre du recul avant de relire son texte

Vous venez de mettre le point final à votre manuscrit ? Il y a fort à parier que vous ayez encore l’esprit qui bouillonne d’idées ! Contrairement à ce que vous pourriez être tenté de croire, vous êtes loin d’être dans les meilleures conditions pour passer à la phase de relecture de manuscrit : vous connaissez encore trop bien votre histoire !

Ainsi, je vous incite vivement à laisser votre texte de côté pendant plusieurs jours. Videz-vous la tête, pensez à autre chose, autorisez-vous à oublier votre œuvre. N’entamez la relecture qu’une fois que vous sentez que vous pouvez vous y adonner d’un regard neuf et objectif.

Relire son tapuscrit au format papier

Rares sont les auteurs, de nos jours, à rédiger leurs œuvres entièrement à la main ! La majorité ont recours à des logiciels de traitement de texte, qui leur permettent d’effacer, retoucher et mettre convenablement en forme leur écrit. On parle alors, pour être précis, de tapuscrit.

La question qui se pose, dès lors, est la suivante : faut-il relire son texte sur écran ou sur papier ? Si vous avez écrit sur ordinateur, je vous encourage à imprimer votre tapuscrit. Un simple changement de support facilitera la relecture et vous aidera à envisager votre roman sous un autre angle.

Effectuer plusieurs relectures successives de votre manuscrit

L’idéal pour bien relire votre livre est d’adopter la technique des trois relectures successives, en laissant systématiquement votre ouvrage reposer entre chaque. Certes, tout ceci peut sembler fastidieux, mais cela fait partie du travail de l’auteur autoédité !

Relecture de fond : vérifier la cohérence du récit

Au cours de cette première relecture, concentrez-vous uniquement sur le fond, c’est-à-dire sur la teneur de votre récit : vérifiez la chronologie, la ligne éditoriale, les caractères des personnages, la géographie ainsi que le déroulement logique de l’intrigue. N’hésitez pas à réécrire ou reformuler certains passages flous.

Relecture de forme : contrôler coquilles et orthographe

La valeur d’un livre ne repose pas uniquement sur la profondeur de sa trame : la qualité de langue est un critère essentiel. Pour cette deuxième relecture du manuscrit, consacrez-vous à la traque des coquilles, des répétitions, des phrases décousues, des fautes d’orthographe, de concordance des temps, de typographie, etc. Cette phase est longue et requiert énormément de concentration.

Relecture finale : s’imaginer à la place du lecteur

Le moment de l’ultime relecture est arrivé ! Ici, vous devez vous efforcer de vous mettre à la place d’un inconnu qui découvrirait votre récit. La difficulté, comme vous pouvez l’imaginer, est de parvenir à « oublier » tout le travail d’auteur investi auparavant et d’adopter un regard suffisamment neutre sur votre production pour la retravailler en conséquence.

Faire relire son texte par un professionnel

Il existe des professionnels formés à la relecture et à la correction de manuscrits. Ils vous permettent de déléguer cette lourde tâche à un œil expert et de récupérer un texte impeccable. Citons par exemple l’entreprise Strix Words, qui propose des prestations de relecture et correction pour les auteurs autoédités (strixwords.com/correction/).

Certains auteurs rechignent à confier leur manuscrit à un relecteur-correcteur, de peur que leur style et leur intention originale ne soit dénaturés par son intervention. Un « bon » prestataire ne vous imposera jamais des changements : il vous offrira des suggestions, et c’est à vous de décider de les appliquer ou non. Ce travail s’effectue main dans la main !

Prêt(e) à bien relire votre manuscrit?

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour faire une relecture aboutie de votre ouvrage ! Gardez en tête qu’il est inutile de vous précipiter : laissez-vous le temps d’effectuer un travail de qualité, vos lecteurs vous le rendront.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *