Histoire du matériel de motoculture par Guy Martin

Histoire de la motocultureLors de l’entretien de votre jardin ou de votre champ, vous êtes vous déjà dit «  quel gain de temps », le gain de temps gagné depuis l’époque du couple faux et râteau. Mais après vous êtes vous déjà demandé comme en sommes-nous arrivés jusqu’ici, la réponse vous sera peut-être apportée par Guy Martin dans son livre.

De la faux à la tondeuse autoportée

Il fut une époque ou entretenir un gazon ou son jardin n’était pas si facile qu’aujourd’hui, motoculteurs, motobineuses, microtracteurs, motofaucheuses, tondeuses à gazon, tronçonneuses, tant d’appareil qui n’était pas disponible. Certains d’entre vous ont certainement connu cette évolution et s’en souviennent encore.

Mais comment cela a évolué, par où est-on passé ? Comment est-on arrivé à ce moment où vous n’avez qu’à décharger votre tondeuse autoportée avec une rampe de chargement et directement traversé votre propriété en entretenant votre gazon.

Le témoin de cette évolution, le vendeur

Le premier témoin de ce changement est surement celui qui est le plus près de chaque modèle de machine de motoculture, le vendeur, celui qui touche et connaît chaque marque.

L’auteur du livre Histoire du matériel de motoculture Guy Martin a été l’un de ces témoins et la personne qui vous conte cette histoire des appareils de motoculture.

Il entre dans la motoculture, au sein de la société MotoStandard-Gutbrod, en 1955. Puis, il quitte la société en 1968 pour entrer chez Agria-France. Au milieu des années 1970, il crée son cabinet de formateur indépendant en techniques de vente dans les matériels et produits techniques, pour des entreprises réputées en matériel de jardin, en automobile et en matériel agricole. Il cesse son activité de formateur fin 2001. Parallèlement, il participe à la création du SMJ, Syndicat du matériel de jardin.

Les amoureux des matériels du temps passé trouveront dans ce livre des photos et des récits exclusifs sur l’histoire de la motoculture de ces quatre-vingts dernières années. Le livre est plaisant à lire, il fait partie de cette catégorie de livre qu’il n’est pas nécessaire d’être passionné pour le lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *